Une ruse digne des grands pirates informatiques dans une école californienne
Messagerie E-mail

Une ruse digne des grands pirates informatiques dans une école californienne

Actuellement, tout le monde connait ou du moins a déjà entendu parler des systèmes de piratage dits hameçonnage ou phishing. Dans la plupart des cas, derrière ces actions se cachent des cybercriminels chevronnés ayant en tête de voler des données sensibles pouvant leur rapporter gros par la suite. Cette fois-ci le piratage s’est avéré moins dangereux, mais n’en est pas moins de la cybercriminalité. En effet, des rapports de police stipulent qu’un jeune garçon de 16 ans aurait réalisé un hameçonnage dans le but de changer ses notes au Lycée. Suite à cela, le jeune garçon s’est fait arrêter et fait maintenant face à 14 chefs d’inculpation . Voyons en détail cette histoire peu commune.

Une technique bien huilée

Ayant un bon, voire même excellent, niveau en informatique, un jeune garçon d’à peine 16 ans habitant à Concord en Californie a fait la une des tabloïdes pour ses prouesses. Toutefois, il ne les a pas utilisés à de bonnes fins, car il l’a ainsi fait pour montrer l’étendue de ses talents en essayant une toute nouvelle technique de triche. En effet, ce n’est pas rien de réussir à hameçonner ses professeurs dans le but de changer ses résultats scolaires.

Pour y procéder, le jeune homme a envoyé un mail, à ses professeurs, contenant un lien menant vers un site web factice ressemblant à s’y méprendre au portail de son école. Il a été prouvé qu’il a réussi son coup, car il aurait fallu qu’un des professeurs piégés ait ouvert le lien pour que le jeune garçon puisse voler des identifiants. Suite à cela, le jeune homme a accédé au réseau informatique du district scolaire de Mount Diablo puis au système de notation de l’école.

Toutefois, d’autres professeurs ayant senti l’arnaque ont directement prévenu les autorités compétentes dans le domaine, ce qui a fait capoter le plan de l’adolescent. Étant tout de même assez intelligent, le jeune homme a modifié les notes (à la baisse pour certains et à la hausse pour d’autres) d’une dizaine de ses camarades pour brouiller les pistes. Cependant face à plus fort que lui, les enquêteurs ont facilement trouvé l’adresse IP d’origine du mail frauduleux et a pu établir rapidement l’adresse du jeune délinquant.

La technologie vers une mauvaise finalité

Cet évènement a relevé la gravité du fait que les niveaux de tricherie dans le milieu scolaire ne cessent de se moderniser. En effet, ce n’est pas le premier du genre et probablement pas le dernier, car ne serait-ce qu’en 2017 trois étudiants ont réalisé des exploits quelque peu identiques. Contrairement au jeune garçon qui fait l’objet de 14 chefs d’inculpations dans cette histoire, les trois autres ont été plutôt pris la main dans le sac et n’ont pas eu la même agilité (modification des notes flagrantes, tricherie détectée auprès de 2 étudiants sur 450 élèves).

À quoi pourrait-on imputer ce type de comportement ? Bien que la tricherie soit un phénomène existant depuis toujours, l’informatique lui a donné des aspects de gigantisme. Face à la réalité auxquels ils font aujourd’hui face (salaires des ingénieurs de grandes entreprises informatiques, les séries télévisées, l’imposition d’un certain code/mode de vie, …), les jeunes poussent leur connaissance en informatique au plus haut point, quitte à prouver leur efficacité en devenant des cybercriminels.

Bien que les éducateurs dans le domaine agissent au préalable en avertissant leurs élèves des conséquences en cas de triche, cela n’a pas empêché la prolifération de ce type d’action. Même les plus grandes universités comme Brown, Stanford ou Harvard ont récemment connu et subi le même phénomène.

 

- 16 juillet 2018 - 138 Views