Etats-Unis : une affaire sérieuse de courriers électroniques
Messagerie E-mail

Etats-Unis : une affaire sérieuse de courriers électroniques

Un journal américain dénonce la conseillère de la maison blanche pour avoir traité des correspondances officielles sur son mail.

Sous cette déclaration, afin de retrouver ces courriers qui échappaient à la sécurité intérieure, le bureau fédéral d’investigation a lancé une enquête judiciaire. Après avoir entendu ces nouvelles troublantes, les partisans de Donald Trump se mirent à crier « enfermez-la » pendant les meetings du président. En effet, ces personnes exigent qu’Hillary Clinton soit punie pour avoir utilisé son courrier électronique personnel afin de communiquer sur des affaires gouvernementales lors de son passage à la maison blanche.

Violation des lois par l’ancienne secrétaire du président des États unis

Suite à cela, l’administration Trump a connu un scandale dans leurs camps. Selon Washington Post, Ivanka Trump, conseillère du président de l’Amérique et fille de Donald Trump aurait transmis plusieurs fois des courriers électroniques à des représentants gouvernementaux via son adresse personnelle. Cette information a été obtenue grâce à l’administration qui surveille la correspondance de la fille de Donald Trump. Pendant son interrogation, MmeTrump a affirmé qu’elle n’était pas au courant des règlements fédéraux. Son avocat a précisé qu’elle a bien envoyé ces mails via son adresse personnelle, mais cela avant d’être informée des règles.

La stratégie de défense d’Hillary Clinton

Pendant sa défense, Hillary Clinton avait indiqué qu’elle n’avait jamais traité de correspondance classifiée via sa messagerie personnelle. Cependant, les inspecteurs découvrent 30milles courriers et 110 messages contenant des éléments classifiés. Lors de cette affaire, ces mails ont été supprimés par l’ancienne secrétaire. Selon les informations, plus d’une vingtaine de courriers considérés comme top secret ont été recensés sans être publiés.  Parmi ces mails, Hillary Clinton parle de l’attaque de Benghazi. Elle a aussi déclaré que l’usage privé est autorisé par la loi, ce qui est totalement faux. Cette affirmation reste sa plus grande erreur.

Le directeur du FBI affirma alors que même s’ils n’avaient trouvé aucune preuve claire montrant qu’Ivanka Trump ou ses collègues ont intentionnellement enfreint les lois prévalant au maniement des éléments classifiés, ils ont quand même la preuve que le gouvernement est extrêmement négligent dans ses manières de gérer les informations hautement sensibles et classifiées.

Une affaire politique très délicate

Cette affaire de correspondance prend des proportions stratégiques et de sécurité qui dépassent complètement le côté de l’Atlantique. Même si ces dossiers seront classés pendant plus de cinquante ans, la loi fédérale exige un archivage complet et précis de toutes les correspondances officielles de cette affaire. Quant aux officiers, ils ont eu l’ordre de se conformer aux outils et aux moyens qui leur sont fournis par les institutions. Puisqu’il faut savoir que la question sur la protection de ces transactions se pose devant les menaces des piratages informatiques, les serveurs officiels gouvernementaux font leurs apparitions pour les agences du gouvernement afin de bien sécuriser les documents classés.

Dans cette guerre présidentielle, cette histoire de courriers électroniques avait été instrumentalisée politiquement par l’individu républicain avec l’objectif de dépeindre Hillary Clinton en tant que corrompue affirma Crooked Hillary Remarques.

- 2 janvier 2019 - 237 Views