Yahoo! espionne les emails de ses utilisateurs à des fins publicitaires
Messagerie E-mail

Yahoo! espionne les emails de ses utilisateurs à des fins publicitaires

En 2016, Yahoo! était victime d’acte de piratage ayant atteint un milliard de comptes utilisateurs. Cela a terni son image, les internautes estimant que le géant n’a pas fait le nécessaire pour protéger leurs données. 2 ans après, le portail américain pourrait connaître une autre hémorragie, étant accusé d’espionner les mails pour des raisons publicitaires.

Une révélation récente…

Wall Street Journal est le premier quotidien de renom qui s’est saisi de cette nouvelle affaire. Dans un de ses articles, Yahoo! continuerait de guetter les courriels des utilisateurs pour mieux satisfaire ses partenaires. 200 millions de boîtes de réception seraient concernées. Cette révélation intervient dans un contexte de méfiance de plus en plus accrue des Américains vis-à-vis des géants du Web. Rappelons que Facebook, Google et Twitter sont aussi régulièrement épinglés dans des affaires similaires.

Pour éviter une tempête suite à cette information, Yahoo ! n’a pas tardé à s’expliquer. Selon les propos d’un de ses hauts responsables, seuls des courriels reconnus comme ayant des contenus commerciaux sont concernés. Parmi ces derniers, on peut notamment citer les factures et les newsletters. Après cette détection, le géant américain ferait du dépôt de cookie aux annonceurs la possibilité d’atteindre l’utilisateur avec une publicité correspondant à son profil.

À contre-courant des concurrents

Yahoo ! n’a pas cherché à se déresponsabiliser. Ce qui constitue une stratégie à contre-courant de celles de ses concurrents. Microsoft Outlook a ainsi confirmé qu’il ne juge pas nécessaire d’utiliser un service analogue. Google, de son côté, a réitéré qu’il a abandonné cette pratique en mars 2017. Rappelons en effet qu’à l’époque, il a été la cible d’une procédure collective dénonçant le scan des mails de ses utilisateurs. Dans la réalité cependant, la société de Mountain View continue de s’introduire dans les courriels de ces derniers, mais cette fois-ci, à des fins sécuritaires. WhatsApp, de sa part, n’a rien à se reprocher, le chiffrement de bout en bout rendant impossible le recours à cette pratique. Ce qui n’est pas le cas de Messenger qui se justifie en soutenant qu’il s’agit seulement, pour lui, d’un moyen de détection des liens malveillants dans les messages de ses utilisateurs.

Les utilisateurs inquiets pour leur sécurité

Malgré les multiples scandales concernant sa sécurité, Yahoo ! n’a pas encore connu une vague de fermeture de compte. Ce qui n’est pas le cas Facebook qui, lui, a vu le nombre de ses utilisateurs américains diminuer drastiquement depuis le scandale de Cambridge Analytica. Toutefois, le portail Web affilié à Verizon est régulièrement saisi par les entreprises qui veulent être rassurées sur l’éventuelle exploitation de leurs données. Ceux-ci ont raison de s’inquiéter, car cela fait encore 2 ans que la découverte du  piratage de masse d’Yahoo a eu lieu. Certes, à l’époque, les informations bancaires et les mots de passe n’ont pas été volés, mais rien n’est garanti, avec l’agissement actuel de la société. Qu’en est-il de l’exploitation illicite des données dans le futur ?

- 22 octobre 2018 - 97 Views