UE : vers l’interdiction du chiffrement ?
Sécurité informatique

UE : vers l’interdiction du chiffrement ?

Désormais, l’Union européenne va à l’encontre de ses convictions fondamentales, dont les lois de protection de la vie privée, la transparence et l’interopérabilité. En effet, elle envisage l’interdiction du chiffrement des emails ainsi que le contrôle de toutes les communications. Cela, pour combattre les éventuels cas de maltraitance des enfants. Dans une lettre ouverte, diverses entreprises technologiques en Europe ont demandé au Parlement de ne pas concrétiser cette action. Selon elles, rien ne garantit que la surveillance de masse puisse éviter ces activités criminelles.

Les raisons principales de l’interdiction du chiffrement

L’UE prévoit une abolition de la confidentialité numérique de la correspondance dans le cadre de la lutte contre les abus sexuels commis sur les enfants. Elle envisage une détection automatique des contenus illicites dans tous les messages de chats privés. Cette action devrait aussi s’appliquer sur des contenus qui sont de nos jours protégés par un chiffrement de bout en bout. Selon diverses entreprises œuvrant dans la technologie, cette initiative peut porter préjudice aux idéaux européens. Elle peut également impacter les fondements de la démocratie, de la liberté d’expression ainsi que de la protection de la vie privée.

La mise en œuvre de cette action peut aussi avoir des méfaits sur l’autonomie stratégique européenne, notamment les entreprises basées au sein de l’Union européenne. À titre de rappel, l’Europe s’avère un modèle au niveau international dans le domaine de la protection des données, surtout avec la mise en place de la RGPD. Ainsi les entreprises européennes tiennent la première place dans la sécurité des données. L’interdiction de chiffrement peut donc remettre en cause ce placement et l’argument de vente de toutes les entreprises informatiques européennes.

L’appel des entreprises européennes face à cette initiative

En raison des faits cités ci-dessus, diverses entreprises technologiques européennes lancent une demande pour le maintien du niveau élevé de protection des données dans toute l’Union européenne. Selon elles, ces normes ont construit la confiance des consommateurs mondiaux sur les produits informatiques européens. Autrement dit, le label « Made in Europe » est devenu très important dans l’esprit des clients du monde entier. Le maintien de ces normes de sécurité est donc un gage de la fidélisation de ces utilisateurs. À contrario, l’initiative peut menacer l’activité de nombreuses entreprises.

Ces entreprises sollicitent également la préservation des droits fondamentaux des utilisateurs, notamment le droit à la vie privée ainsi qu’au secret de la correspondance numérique. En effet, une communication protégée est importante pour respecter la coexistence dans la société. Les confidentialités du travail d’un médecin ou d’un avocat sont, par exemple, considérées comme des droits d’une valeur inestimable. Si la communication sécurisée n’est plus possible, leurs serments de confidentialité c’est-à-dire leur secret professionnel ne seront pas respectés.

Enfin, ces entités dénoncent que la surveillance de masse de la communication est simpliste et irréfléchie. Sur cette voie, un nouveau risque est encore à craindre. Les autorités auront, par exemple, accès aux messages personnels d’une personne et pourront les diffuser à leur tour. Ces entreprises invitent plutôt la Commission européenne à résoudre les problèmes sur le fond.

- 22 juillet 2021 - 47 Views