RGPD : Comment l’IA interagit-elle avec RGPD ?
Sécurité informatique

RGPD : Comment l’IA interagit-elle avec RGPD ?

Entré en vigueur en 2018, le RGPD ou Règlement général sur la Protection des Données est un ensemble de textes légaux qui encadrent le traitement des données personnelles. Il s’applique surtout sur le sol de l’Union européenne. Depuis sa sortie, les technologies ont joué un rôle important pour assurer le respect des principes qui y sont édictés.

L’intelligence artificielle, la réalité virtuelle et la blockchain font partie de ces innovations technologiques. Aujourd’hui, il est question de savoir comment cette synergie prometteuse interagit-elle avec le RGPD.

L’intelligence artificielle et RGPD

L’intelligence artificielle a été créée en vue de compenser, de reproduire et même de dépasser l’intelligence humaine. Elle permet ainsi de répondre aux grands défis qui se présentent dans plusieurs secteurs.

Toutefois, son développement et son utilisation doivent se faire dans le plus grand respect de la vie privée des individus. Elle doit toujours veiller à la protection des données personnelles de chacun. C’est là qu’intervient le RGPD. En effet, ce règlement exige que toute organisation qui emploie l’IA se conforme à des principes dont.

  • La licéité, la loyauté et la transparence : le traitement des données doit être licite, loyal et transparent pour toutes les personnes concernées.
  • La minimisation des données : les informations collectées doivent être adaptées, limitées et pertinentes à leurs finalités comme l’authentification des emails par exemple.
  • L’exactitude des données : les informations doivent être véridiques et mises à jour systématiquement pour éviter les phishings, le ransomware, etc.
  • La limitation du traitement : il est proscrit de traiter les données pour une finalité différente de celle à laquelle elles sont destinées.
  • La conservation des données : aucune donnée ne doit être gardée plus longtemps que nécessaire.
  • L’intégrité et la confidentialité des données : elles doivent toutes être préservées contre le traitement illégal et non autorisé. Elles doivent également être protégées contre les pertes, les vols, les destructions accidentelles, etc.

Qu’en est-il de la réalité virtuelle ?

Connue de prime abord dans le monde des jeux vidéo, la réalité virtuelle est actuellement recourue dans d’autres domaines. Ce nouvel environnement numérique implique cependant un changement de mode de traitement de données personnelles relatives à leurs utilisateurs. Toutefois, la collecte et l’exploitation de ces données peuvent présenter une grande menace sur leur vie privée. Quelles solutions doit-on alors appliquer pour se protéger de tels risques ?

En fait, pour ce faire, les dispositifs suivants doivent être pris :

  • Tenir l’utilisateur informé et obtenir son consentement de manière explicite.
  • Repenser la réalité virtuelle avec le principe de PRIVACY by design (une des règles sur lequel a été développé le RGPD).
  • Confier la réglementation du secteur à un comité indépendant selon la proposition lors du sommet d’experts à Sanford.

RGPD et le blockchain

La blockchain est une technologie de registre distribué. Elle permet de stocker des transactions, y compris les données personnelles, de manière sécurisée et transparente. On peut citer entre autres les identités numériques, les titres de propriété et les informations financières. Sachez que le RGPD régit tous ces domaines. Pour rappel, ce règlement définit 2 rôles principaux dans le traitement des données ; celui du responsable de traitement et celui du sous-traitant.

  • Le statut de responsable de traitement exige de garantir aux personnes la protection des données confidentielles dont il est à la charge.
  • Tandis que le sous-traitant doit assurer la préservation des données qui lui sont transférées.
- 20 mars 2024 - 50 Views