Le facteur humain, son exploitation par les hackers continue
Sécurité informatique

Le facteur humain, son exploitation par les hackers continue

À part le fait d’exploiter les failles de sécurité de certaines entreprises pour obtenir des informations professionnelles et une somme d’argent, les professionnels du hacking exploitent également le facteur humain pour parvenir à leur objectif.

 

Le facteur humain est bien analysé

D’après le rapport établi par le leader mondial de la cybersécurité, la société Proofpoint, les hackers exploitent au maximum le facteur humain pour parvenir à leur fin. À peu près 6 000 grandes entreprises ont été ciblées par les attaques via les réseaux sociaux, les adresses email ou encore via les applications Cloud. Pour obtenir ce qu’ils désirent, les pirates informatiques analysent de près leurs cibles. Pour ce faire, ils recueillent le maximum d’informations sur ces dernières et observent leurs habitudes. Ils ne restent pas là où ils sont, mais font en sorte d’évoluer tous les jours en essayant de trouver de nouveaux moyens d’attirer les cibles dans leurs appâts. Pour y parvenir, ils exploitent la curiosité de l’être humain, sa faculté à vouloir réaliser des œuvres de charité et même ses contraintes de temps.

 

Les adresses email sont les plus touchées

Cette année 2018, les actes malveillants n’ont pas faibli. Selon le rapport « Le facteur humain » de Proofpoint, le mail est l’outil préféré des hackers. Il représente jusqu’à 30 % des attaques actuelles. Dans 52 % des cas, les clics sur les emails malveillants ont lieu une heure après réception de ceux-ci.

La méthode la plus utilisée par les pirates est le phishing ou hameçonnage. À titre de rappel, avec cette technique, le hacker a le but de pirater des comptes en usant des logos d’entreprises ou emails réalistes afin d’obtenir les informations personnelles comme les identifiants et mot de passe. Associé aux Dropbox ou DocuSing, il est beaucoup plus efficace. Ces derniers font office de caution dans le but de réaliser leur tromperie.

D’après les statistiques fournies par Proofpoint, plus de quatre cas sur cinq, les emails malveillants pour rentabiliser les actions des hackers, délivrent des ransomware. C’est un cheval de Troie bancaire très puissant et très utilisé par les criminels informatiques.

À l’heure actuelle, personne et aucun secteur d’activité n’échappe au piratage informatique. Tout le monde peut être victime à tout moment.

Cette année, le cryptojacking et les piratages par phishing au nom des grandes entreprises n’ont pas cessé de croître, ce qui demande une vigilance accrue. À titre informatif, le cryptojacking est un virus créateur de cryptomonnaie. Un grand nombre d’ordinateurs utilisés par les internautes sont attaqués par les sites des hackers sans leur consentement, dans le but d’obtenir de l’argent virtuel. De nos jours près de 500 millions d’utilisateurs en sont victimes sans s’en rendre compte.

La solution efficace n’existe pas encore pour le moment. Mais celle qui est proposée est la sensibilisation des employés de chaque entreprise sur l’existence de ce problème. C’est pourquoi il faut rester vigilant face aux emails inconnus. Toutefois, il est encore difficile de maîtriser cette situation.

- 24 mai 2018 - 317 Views