Des cliniques Marseillais auraient fait usage des mails des patients pour les besoins d’une pétition
Messagerie E-mail

Des cliniques Marseillais auraient fait usage des mails des patients pour les besoins d’une pétition

Depuis peu, une question se pose et consiste à se demander si les cliniques marseillaises usent des mails des patients en vue de diffuser des pétitions ? Bien que cela semble anodin, il ne faut pas oublier qu’il s’agit ici d’une action qui peut entraîner de lourdes conséquences sur la vie privée de personnes malades. Qu’en est-il réellement ?

Des causes justifiées

D’ores et déjà, il faut savoir que la CNIL a été saisie par l’Agence régionale de santé suite à une campagne par mail réalisée par un hôpital privé. Ici, il semblerait que des fichiers de patients aient été détournés. Dès lors, la Commission nationale de l’Informatique et des Libellés ou CNIL a fait l’objet d’une saisie du fait de cet usage de données personnelles appartenant à des patients séjournant au sein de cliniques marseillaises. On pense que les patients en question auraient été incités à signer une pétition pour un nouvel hôpital via cette manœuvre peu orthodoxe. À noter que le tout s’est fait en ligne.

L’ARS explique que la CNIL a été saisie de toute urgence. D’ailleurs, l’affaire a été reportée dans un journal local portant le nom de « La Marseillaise ». Le député LREM a fourni de plus amples détails sur cette croustillante affaire d’utilisation de données privées. Ces dernières sont supposées n’être lisibles que dans les dossiers médicaux des personnes hospitalisées au sein de deux cliniques, dont Vert-Coteau et Beauregard.

Problème technique ou pas ?

Il n’est pas évident d’affirmer que ces données ont été manipulées dans le but de faire signer ladite pétition. Dire que cet acte est volontaire n’est pas facile. Pourtant, pourrait-on croire qu’il s’agit d’une erreur technique ? Une fausse manipulation aurait conduit au disptaching involontaire de ces données ? L’Agence Régionale de Santé ne sait que répondre par rapport à cela. Selon M. Ahamada, ces informations personnelles ont été utilisées pour la diffusion d’une pétition accordant du crédit à un projet de nouvel hôpital privé qui sera sis dans le 12e arrondissement de Marseille.

Laisser passer ce genre de problème n’est juste pas faisable. Effectivement, l’heure est grave et ce genre de chose est ce qui remet en cause la confiance de la clientèle. Les hôpitaux ne sont-ils plus dignes de confiance de ce fait ? Par ailleurs, auraient-ils oublié que cet acte est en fait une infraction ?

La construction de ce nouvel hôpital a été contestée par de nombreux habitants. Certes, elle aurait dû réunir deux grands établissements, mais le projet a été abandonné suite à un avis négatif qui a été rendu par le commissaire en charge de l’enquête publique. La pétition qui a été postée à la Une du site des cliniques visait à faire en sorte que le projet ne soit pas abandonné. À ce que l’on sache, 2300 signatures ont été recueillies. Toutefois, les opposants ne sont pas rares. Cela aurait-il conduit les hôpitaux à user d’autres moyens moins formels ? Les résultats de l’enquête nous le confirmeront.

- 21 mars 2019 - 71 Views