Comment l’ingénierie sociale est-elle utilisée pour faciliter les attaques de phishing de plus en plus sophistiquées ?
Sécurité informatique

Comment l’ingénierie sociale est-elle utilisée pour faciliter les attaques de phishing de plus en plus sophistiquées ?

Une technique malveillante prédomine en ces temps où nos données numériques sont plus précieuses que l’or. Il s’agit du phishing, une tactique rusée, héritée de l’ingénierie sociale ayant pour but de leurrer l’internaute pour l’inciter à divulguer, sans le savoir, des données confidentielles. Chaque clic impulsif, chaque moment d’inattention peut se traduire par des pertes financières colossales, se chiffrant à des millions d’euros chaque année. Mais que savons-nous réellement du lien entre le phishing et l’ingénierie sociale ? Cet art ancestral de la manipulation psychologique, appliqué au monde numérique, est le fondement même de nombreuses attaques informatiques, dont le phishing n’est qu’une émanation.

Similitudes et différences entre l’ingénierie sociale et le phishing

Similitudes

L’ingénierie sociale et le phishing se déclinent en diverses formes, mais convergent vers un même objectif : exploiter la nature humaine. Une erreur commune serait de croire que les attaques informatiques sont uniquement technologiques. En réalité, elles reposent souvent sur des failles humaines.

Ces deux stratagèmes jouent avec nos émotions, nos peurs et nos désirs pour nous pousser à commettre la faute.

Ils visent l’obtention de renseignements confidentiels, qu’il s’agisse de mots de passe, de coordonnées bancaires ou d’identifiants personnels.

Au-delà de la perte d’informations, ces techniques peuvent engendrer des préjudices financiers non négligeables et ternir gravement votre réputation.

Différences

Malgré ces points communs, il est essentiel de distinguer ces deux notions pour mieux se prémunir.

L’ingénierie sociale est le grand arbre, dont le phishing n’est qu’une branche. Elle regroupe une panoplie de méthodes de tromperie, tandis que le phishing est spécifiquement axé sur l’appropriation frauduleuse d’informations.

Si le phishing se contente souvent d’usurper l’identité d’une entreprise ou d’un service pour soutirer des données, l’ingénierie sociale, elle, va parfois plus loin. Elle peut, par exemple, convaincre une personne de réaliser un acte, comme signer un document ou effectuer un virement.

Comment l’ingénierie sociale est-elle utilisée pour faciliter les attaques de phishing ?

L’ingénierie sociale n’est pas une nouveauté dans le monde du cybercrime, mais à l’ère numérique, elle prend une tournure plus sophistiquée et insidieuse. Et le phishing n’est autre que son bras armé sur internet.

Création de faux messages et de sites Web

La première stratégie du cybercriminel, c’est le leurre. Pour vous tromper, cette technique va user d’astuces pour vous faire croire que vous naviguez sur un site de confiance. Grâce à l’avancée du numérique, ces escrocs élaborent des copies visuellement conformes de vos sites préférés : logos, designs, et même les URL qui peuvent tromper une personne non avertie. On croit, par exemple, être sur la plateforme de sa banque, mais en réalité, chaque information entrée est collectée par ces voleurs du numérique.

Utilisation de techniques de pression et de peur

Qui n’a jamais reçu cet e-mail alarmiste d’une soi-disant « administration » vous réclamant un paiement urgent ? Ces courriers numériques jouent sur la peur et le sentiment d’urgence. Et c’est là où l’ingénierie sociale intervient : en comprenant nos réactions face à la peur, les cybercriminels savent comment nous pousser à agir sans réfléchir.

Création d’urgences

En vous faisant croire que votre compte sera bloqué ou qu’une grosse somme d’argent sera débitée, le pirate informatique vous pousse à cliquer, à renseigner, à agir sans prendre le temps réfléchir.

Comment se protéger des attaques de phishing ?

Heureusement, se défendre contre ces attaques est à la portée de tous. L’utilisation d’une solution comme un anti spear-phishing peut notamment s’avérer efficace. Un peu d’attention, de méfiance et quelques bonnes pratiques peuvent faire toute la différence.

Soyez sceptique

Si un mail vous semble suspect ou si vous ne connaissez pas l’expéditeur, ne prenez pas de risque : ne cliquez sur rien.

Vérifiez l’adresse e-mail

Un petit détail peut trahir un mail de phishing : l’adresse e-mail. Un simple caractère peut changer, rendant l’adresse proche, mais pas identique à la vraie. Gardez toujours l’œil ouvert et utilisez un anti-phishing.

Soyez vigilant

Enfin, retenez qu’une entreprise sérieuse ne vous demandera jamais de renseigner vos mots de passe ou coordonnées bancaires par e-mail. Quand c’est le cas, c’est qu’il y a anguille sous roche.

L’ingénierie sociale est plus qu’un simple outil pour les cybercriminels : c’est une véritable science de la manipulation. Bien qu’elle soit redoutable, elle n’est pas infaillible. En restant informé, attentif et vigilant, chacun de nous peut déjouer les pièges tendus par ces prédateurs du digital.

- 27 novembre 2023 - 258 Views