Emmanuel Macron est en tête du premier tour de l’élection présidentielle française 2017. Pourtant, il n’est pas au bout de ses surprises car le site officiel de sa campagne a été visé par les pirates depuis mi-février. Il s’agit sûrement des « Fancy Bear ». En fait, ces hackers ont opéré de la même manière qu’ils ont attaqué les e-mails d’Hillary Clinton lors de l’élection présidentielle américaine en 2016. Facebook déclare l’absence de preuve de piratage, pourtant, les enquêtes se poursuivent.

Hacking du site web officiel «  En Marche »

Le Wall Street Journal et Motherboard informe le lundi 24 avril sur le hacking du siècle. Le site de la campagne électorale d’Emmanuel Macron a été visé par les hackers « Fancy Bear ». Le candidat En Marche de l’élection présidentielle française 2017, est la principale victime. Ces pirates ont déjà attaqué les emails d’Hillary Clinton. Ils s’en sont pris aussi à ceux des responsables de sa campagne en 2016.

Le groupe de hackers Fancy Bear

Emmanuel Macron a dénoncé le hacking du site internet « En Marche ». A  partir de mi-février des attaques répétées ont été remarquées. Selon le candidat, les effractions proviennent de l’Ukraine. Le Trend Micro explique qu’un groupe de hacker ont accédé à ses comptes. Ce dernier a un lien avec la Russie. Pour ces raisons, Motherboard explique qu’il s’agit du groupe « Fancy Bear », le responsable de cette opération à l’insu de Macron. Les malfaiteurs ont adopté la technique de « APT28 ». Cette dernière consiste à piéger les membres du site officiel en créant de faux sites web.

Malheureusement, certains proches d’Hillary Clinton sont tombés dans le panneau en 2016. Par conséquent, plusieurs courriers électroniques privés ont été recouvert par des tiers.

Signes de piratage réels ou… ?

Trend Micro suit le groupe de hackers Fancy Bear depuis 2014. Son chercheur Feike Hacquebord   présume que la création de faux site est déjà très suspecte. En fait, les pirates ont créé des sites ayant presque la même adresse web que le site En Marche. Il est impossible de savoir si le piège fonctionne sans se laisser leurrer. Le professeur de l’Université de Paris 8 Frederick Douzet affirme à ce sujet qu’« il y a des signes d’activité ».

L’agence nationale de la sécurité des systèmes d’information déclare que les attaques ont été semblables à celles des e-mails privés d’Hilary Clinton. Pourtant, Facebook affirme qu’il n’y a aucune preuve de piratage visant la campagne En Marche.

La campagne de Macron mettra le point sur les « i »

L’ancien ministre de l’Économie fournira les preuves de ces 4000 attaques. Elles ont paralysé les serveurs de la plateforme de l’équipe Macro en une dizaine de minutes. Elles sont envoyées depuis l’Ukraine avec de fortes présomptions.

Un responsable de la campagne de Macron a indiqué que les adhérents de la campagne essayent de faire le lien entre les cyberattaquants en Russie et en Ukraine.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE