L’investigation menée par INTERPOL a permis de démasquer le célèbre maître de l’hameçonnage. Détournement de 50 millions d’euros et plusieurs fraudes sur internet sont autant d’accusations portées sur ce Nigérien  de 40 ans. Il se faisait épingler au River State Nigéria dans le cadre d’une poursuite opérée conjointement par l’EFCC et INTERPOL.

Interpol et EFCC a arrêté le Nigérien qui a détourné 60 millions de dollars

60 millions de dollars détournés avec nigériane

Mike, c’est le nom sous lequel ses victimes et les services de renseignement britanniques l’ont connu. D’après ce service, Mike est probablement le cerveau d’un groupe de pirates, composé de 40 personnes, Malaisiens, Nigériens et Sud-Africains. En outre, il opère aux Etats-Unis, en Chine, et ailleurs dans plusieurs activités liées au  blanchiment d’argent.

Dans ses actes malveillants, Mike avait extorqué frauduleusement 60 millions de dollars à ses victimes, soit 15 millions sur chaque cible. Sa principale activité consiste à détourner les paiements en ligne ; se faire passer pour le fournisseur et convaincre habilement les clients de verser le fonds sur un autre compte. Egalement appelée « la Nigériane », cette technique a été employée pour soudoyer ceux qui ont reçu un courriel les invitant à aider une veuve aisée ou un ami lointain…

50 millions d’euros obtenus sur l’arnaque au PDG

Pour récolter cette importante somme  d’argent, Mike et son groupe ont eu recours à un autre type d’escroquerie dénommé « arnaque au PDG ». Ceci consiste principalement à s’approprier le compte électronique d’un haut responsable de société et à abuser de son pouvoir. Lancer un ordre de virement au comptable, demander des informations sensibles, nombreuses sont les possibilités découlant de cette usurpation… Grâce à cette technique de piratage, un hacker a pu mettre la main sur 50 millions d’euros appartenant à l’agence aéronautique autrichienne FACC. Le cybercriminel s’est approprié de l’identité du PDG de la société pour ordonner la transaction à un compte pirate.

570 millions de pertes aux Etats-Unis

 Mondialement célèbre, la manœuvre frauduleuse baptisée « arnaque au PDG » est présente actuellement partout. D’après le rapport du FBI, 1200 organisations américaines sont victimes d’une cyber-escroquerie en 2014. Un chiffre qui a presque quintuplé, un an plus tard. Il en est de même de la perte constatée dans ce type de vol. Ceci passait de 180 à 570 millions de dollars sur les mêmes périodes.

A cause de la nature transnationale de l’affaire, le dossier « Mike » a donné du  fil à retordre aux agents d’INTERPOL et d’EFCC, affirme Chukkol Abdul, chef du département anti cyber piratage de l’EFCC. Il n’a pas manqué de souligner que la lutte contre la cybercriminalité doit impliquer un partenariat privé-public ainsi qu’une collaboration internationale.

De son côté, Interpol a saisi cette occasion pour suggérer une sensibilisation d’envergure dans le secteur économique de tous les pays. Il y a lieu également d’informer davantage les acteurs des techniques de piratage, employées par les hackers. Pour prévenir un hacking de type nigériane, ou arnaque au PDG, le service des renseignements britanniques conseille les acheteurs sur internet d’appliquer un protocole de double authentification avant tout virement. Même si cela ne va pas éradiquer totalement la cybercriminalité, force est de constater que cela réduirait le risque de piratage un tant soit peu.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE