La guerre (et la justice) du temps moderne ne peut plus se passer d’Internet. Pour preuve, dans un contexte marqué par des affrontements entre loyalistes et séparatistes en Ukraine, un groupe de « pirates ukrainiens » auraient mis la main sur 1 Go de mails du cabinet d’un proche de Poutine. Selon certains analystes, la CIA pourrait avoir de lien avec ces hackers.

courriels-pirates-dun-proche-de-poutine-la-cia-pourrait-etre-dans-le-coup

Vladislav Sourkov derrière les conflits en Ukraine

On a désormais la preuve que la Russie n’a pas le monopole du hacking politique. Après avoir fomenté, avec succès, les intrusions aux mails du parti démocrate, le Grand Ours a vu les courriels de l’un de ses hommes les plus influents subir les mêmes sorts. L’homme en question s’appelle Vladislav Sourkov, conseillé aux affaires étrangères de Vladimir Poutine. Les prétendus hackers ukrainiens derrière cette attaque ont récemment publié une archive assez fournie du cabinet de cet homme proche du Kremlin. Mais ce dernier a depuis contesté l’authenticité de celle-ci.

Selon un récent article de Slate, ladite archive serait constituée de 2 337 courriels transmis à Sourkov et son équipe. Ceux-ci permettent d’établir des liens très étroits de celui-ci avec les conflits qui persistent dans le Donbass, opposant forces loyalistes et séparatistes proches de Moscou. Ils désignent aussi ce conseiller de Poutine comme celui qui a été derrière la rébellion ayant entraîné la réintégration de la Crimée à la Russie suite à une sécession contre l’Ukraine. L’archive va même plus loin en lui attribuant un rôle de haut responsable de la séparation de l’Ossétie du Sud et d’Abkhazie de la Géorgie en 2008. En ce qui concerne les conflits ukrainiens, elle inclurait, entre autres, une liste des ministrables pour le gouvernement des sécessionnistes du Donbass.

La responsabilité de CIA dans cette attaque soupçonnée

Pour certains analystes, CyberHunta, le groupe de hackers ukrainien qui est à l’origine de la publication de ces mails, n’aurait pas agi seul. La raison ? Barack Obama promettait encore récemment des réponses « discrètes » aux intrusions russes aux mails des personnalités du parti démocrate. La CIA pourrait donc avoir eu un rôle à jouer dans cette affaire. Et malgré les démentis répétés des hauts responsables russes en ce qui concerne la réalité de ce piratage, bon nombre d’éléments permettent de soutenir le contraire. C’est le cas de la reconnaissance par Svetlana, une journaliste russe, et l’homme d’affaires Evgeny Chichivarkin de leurs propres messages.

On ne peut toutefois pas dire que la CIA soit impliquée directement dans cette attaque. Il existe en effet des éléments démontrant que cette dernière est liée à une volonté de représailles de la part de Washington. Le groupe Cyberhunta a en effet un nom de domaine existant depuis le 27 octobre 2015 et y dispose de publications datées de cette période. Mais dans un monde réglé, en quelque sorte, par les jeux diplomatiques, on peut toujours penser que l’agence de renseignement américain ait soutenu financièrement ou matériellement ce groupe. Sa concurrente russe ne fait-elle pas également partie des principaux soutiens de APT 28 ?

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE